Chronique de lecture : Les quatre accords Toltèques (Don Miguel Ruiz)

Depuis plus d’un an maintenant, je me suis plongé dans le développement personnel, discipline passionnante et hautement enrichissante. Un des principes de cette discipline passe par la lecture, et je me suis donc ingurgité un certain nombre de livres, probablement les plus grands classiques du genre, tel que « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie, « S’organiser pour réussir » de David Allen, « les 7 habitudes » de Stephen Covey, « Confiance illimitée » de Franck Nicolas, le « Miracle Morning » de Hal Elrod et le sujet de mon article ici présent, « les quatre accords toltèques » de Don Miguel Ruiz.

Castaneda a fait découvrir au grand public les enseignements des chamans mexicains qui ont pour origine la tradition toltèque, gardienne des connaissances de Quetzacoatl, le serpent à plumes. Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limitatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif – le « rêve de la planète », basé sur la peur – afin de retrouver la dimension d’amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques. Les quatre accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d’amour. Le monde fascinant de la Connaissance véritable et incarnée est enfin à la portée de chacun.

Parmi tous les livres que j’ai lus, j’ai choisi de vous présenter celui-là en premier, car c’est un immense classique, un des éléments de base du développement personnel, mais aussi celui qui m’a le plus marqué, tant par sa « simplicité » que par la profondeur et la puissance de ces 4 mantras pleins de bon sens.

« Que votre parole soit impeccable »

L’intensité de votre amour-propre et les sentiments que vous nourrissez envers vous sont directement proportionnels à la qualité et l’intégrité de votre parole. Lorsque celle-ci est impeccable, vous vous sentez bien ; vous êtes heureux et en paix.

Quand vous êtes avec des amis, ou des collègues, avez-vous déjà essayé de rester en silence tous ensemble ? Non, sauf pour des réunions de méditations prolongées. L’homme est naturellement enclin à discuter. Il se parle même tout seul, à voix haute. C’est pour cela que cet accord est si important, et si compliqué à mettre en place.
Tout simplement parce que chaque personne possède sa propre carte du monde, et que chacun voit la réalité à travers le filtre de ses croyances. Les pensées et les paroles qui en découlent sont donc la résultante de notre galaxie intérieure, qui elle même est induite par notre environnement mental et social. Un cercle vicieux dont il est impossible de s’y dépêtrer sans une vraie discipline, qui commence par cet accord.
Ainsi, si vous prenez conscience que les mots que vous prononcez ont une importance capitale, cela aura un impact considérable sur vous-même, et sur votre entourage. Avoir une parole impeccable consiste à ne plus juger, à ne plus diffuser le côté obscur de vos croyances et de votre univers personnel.

« N’en faites pas une affaire personnelle »

Ce que vous pensez, ce que vous ressentez, c’est votre problème, pas le miens. C’est votre façon de voir le monde. Cela ne me touche pas personnellement parce que vous n’êtes confronté qu’à vous-même, pas à moi. 

Ce second accord découle directement du premier. En effet, afin de ne pas tomber dans le jugement systématique, et ainsi contrôler votre parole de façon impeccable, vous devez vous prémunir contre le poison envoyé par les mots des autres. Quand une personne vous toise, elle vous balance à la figure ses croyances, ses limites, ses faiblesses. Et de ce fait, quand on vous insulte, ce n’est pas vraiment vous qui êtes concerné, car il ne s’agit que de la réalité, mais juste la vision de votre interlocuteur à travers sa propre galaxie. Si vous donnez de l’importance au jugement de l’autre, cela peut flatter votre orgueil. Mais cela peut aussi vous apporter beaucoup de peine et de souffrance.
Mais si vous n’en faites pas une affaire personnelle, si l’opinion d’autrui n’a pas d’emprise sur vous, vous gagnez en liberté, en autonomie, et en contrôle de votre propre parole.

« Ne faites pas de suppositions »

Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames.

Corolaire direct des principes précédents, celui-ci s’attaque aux racines du mal à l’origine de la médisance du premier accord, et des jugements du second. Comme je l’ai répété tout au long de cet article, chacun voit le monde au travers de sa propre galaxie de croyances. Et ainsi, sans y prêter attention, chaque individu réalise sans cesse nombre de suppositions, et qui, avec la force de l’habitude, finissent par s’ancrer comme des vérités dans notre esprit, consolidant nos croyances sur la base de scénarios erronés à propos des personnes qui nous entourent.
Cette habitude, automatique et fort mauvaise, a un impact désastreux sur notre galaxie et renforce inexorablement notre côté obscur. Combien de fois avez-vous tourné en rond, perdant votre temps et votre énergie à pester contre quelqu’un ou quelque chose sur la base de suppositions qui se sont avérées erronées ? N’aurait-il pas été dans ce cas plus utile et plus productif de faire autre chose ? Les supputations renforcent tellement nos croyances négatives qu’elles peuvent même être à l’origine de maux contraignants, comme le burn-out, la déprime, les insomnies.
Au lieu de conjecturer, posez des questions, exprimez-vous de façon claire (la parole impeccable), cherchez LA vérité, et non pas votre vérité (n’en faites pas une affaire personnelle), et surtout, soyez curieux.

« Faites toujours de votre mieux »

Ne vous attendez pas à vous exprimer toujours avec une parole impeccable. Vos habitudes sont trop fortes et trop bien ancrées dans votre esprit. Mais vous pouvez faire de votre mieux… En faisant de votre mieux, l’habitude de mal utiliser votre parole, celle de faire une affaire personnelle de tout, et celle de faire des suppositions vont s’affaiblir et se manifester de moins en moins souvent.

Reconfigurer la carte de votre galaxie mentale afin d’évoluer positivement, tel que Don Miguel Ruiz le présente dans ses trois premiers accords, est tout simplement impossible sans ce quatrième principe : l’action.
Mais pas n’importe quel passage à l’action. Celui qui galope dans tous les sens « regarde, je tiens ma langue, je ne suppose rien, je ne prends rien personnellement » finira par s’épuiser, et deux jours plus tard, sera revenu à la case départ.
L’auteur parle d’agir de son mieux. Il souhaite que nous soyons concentré sur l’instant présent, et que nous faisions au mieux, en fonction des circonstances, de notre état de forme. Par exemple en ce qui me concerne, la semaine dernière, mon « mieux » étant cloué au lit avec la grippe n’avait rien à voir avec le mieux de cette semaine, où j’ai une patate d’enfer.
Mais si vous agissez toujours de votre mieux, vous ne pourrez que progresser, c’est évident. Et la façon la plus simple d’agir de son mieux, c’est de faire des actions qui vous font plaisir, de faire ce qui vous enfièvre. Car quand on est passionné par quelque chose, c’est toujours plus facile.

En résumé

Ce livre de Don Miguel Ruiz est une référence, sans aucun doute. Ses 4 accords sont aussi simple à comprendre que puissant à utiliser, et posent la base de toutes constructions axée sur le développement personnel. Ses accords sont imbriqués, et il est très compliqué d’en appliquer un sans travailler sur les autres.
Malheureusement, ces 4 principes sont présentés de façon très ésotériques, et la grande faiblesse du livre est l’absence d’exemple pratiques, et d’exercices de mise en application. Si des praticiens du développement personnel, tel que des coachs ou des conférenciers y verront une source d’inspiration illimitée, les autres risquent de buter ou d’être déçus, car Don Miguel Ruiz n’apporte pas de solution « clé en main », il ne fait qu’expliquer et détailler ses principes, et leurs bienfaits, sans faire de vraie mise en pratique.

Pour acheter ce livre inspirant

Publicités

2 commentaires sur “Chronique de lecture : Les quatre accords Toltèques (Don Miguel Ruiz)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s