L’expérience de la semaine : la monodiète

La semaine dernière, j’ai bouclé la lecture du livre « Et si on arrêtait de se mentir » d’Erwann Menthéour. Dans cet ouvrage hyper intéressant, l’auteur, un ancien coureur cycliste professionnel, reconverti en coach à succès, analyse une vingtaine d’idées reçues à propos du sport ou de la nourriture. De l’aspartame aux produits laitiers, en passant par la cigarette, les régimes ou même les collations entre les repas, tout est démonté, point par point, preuves à l’appui.

Dans son dernier chapitre, l’auteur parle des bienfaits d’une détox, afin d’assainir son corps et le purger de monceau de cochonneries que l’on ingurgite à longueur de journée, parfois sans même s’en rendre compte. Et tout commence par l’ensemble du transistor intestinal. Pour ce faire, il faut pratiquer une monodiète pendant 72 heures. La plus efficace et surtout la plus facile pour les néophytes est celle à base de pommes.
Le principe est simple : ne manger que des pommes (ou tout autre aliment sélectionné pour faire cette monodiète), tout en s’hydratant très régulièrement avec de l’eau, ou du thé vert.
Une fois cette première phase effectuée, on entre dans la seconde, plus longue, qui consiste, dans les grandes lignes, à revenir petit à petit à une alimentation plus normale. Suite à cette diète, le transit intestinal n’est pas encore prêt à assimiler certaines denrées compliquées, telles que les protéines animales, ou les produits laitiers.

Pourquoi je l’ai fait ?
Parce que je suis, depuis presque un an maintenant, à la recherche de nouveaux éléments, et de bases, pour maintenir mon énergie, ma santé et mon bien-être (physique et mental) à son niveau optimum. C’est le pourquoi d’ailleurs de ce genre de lecture. Du coup, l’idée de relancer mon système digestif à zéro m’a bien plus, surtout que depuis mon semi-marathon, j’ai été moins attentif à ce que j’ingurgitais.

Qu’est-ce que ça m’a apporté ?
Une expérience sympa à plus d’un titre. D’un point de vue purement physique, j’ai perdu 3 kilos. Certes, je vais en reprendre la moitié en me réalimentant de façon normale, mais pour l’égo, c’est déjà un bon point. D’un point de vue mental, c’est aussi un excellent exercice. Ne pas lâcher durant ces trois jours monte à haut niveau votre abnégation et votre discipline. Ça sera un parfait exemple à vous remémorer quand vous aurez besoin d’atteindre un objectif qui demande ces deux qualités.
Ensuite, comme la détox est un « programme » à long terme, je ferai le point d’ici quelques semaines pour constater les effets, de cette remise à zéro et d’une alimentation plus sérieuse, sur ma forme, voire ma santé.

Je retenterai l’expérience ?
Oui, complètement. J’ai d’ailleurs déjà prévu de m’en faire une début janvier, afin de purger les réveillons. Après, il faudra aussi que je fasse attention à mes objectifs sportifs. Car une monodiète n’est pas compatible avec la pratique intensive du running. De toute façon, il est préconisé de ne faire que 3 monodiètes de 72 h dans l’année. Donc une début janvier, et une fin mai, histoire d’attaquer à bloc l’été prochain.

Pour plus de détails, je ne saurai que trop vous conseiller d’aller sur la page du site FitNext, site de coaching d’Erwann Menthéour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s