Fuyez les étoiles noires…

Cette semaine, j’avais envie de m’attarder un tantinet sur un des éléments essentiels dans la vie de tout un chacun : son entourage. En effet, certaines études du genre sérieuses ont démontré que nous sommes en quelque sorte la moyenne des 5 personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps. Que ce soit votre conjoint, vos collègues de bureau, votre coach, ou votre belle-mère, notre comportement est aiguillé par ces personnes-là. D’où l’importance de bien les choisir.

Tout homme qui fait quelque chose a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire et surtout la grande armée des gens, d’autant plus sévères, qu’ils ne font rien du tout. – Jules Claretie

Pas convaincu : avec qui étiez-vous quand vous avez fumé votre première clope, ou bu votre première bière ? Un proche. Qui vous a lancé dans tel ou tel sport ? Un copain, ou un membre de votre famille. C’est une pure évidence. Mais comme pour beaucoup de choses dans nos vies, c’est si logique, qu’au final, personne n’y songe vraiment.
Ainsi, pour revenir à nos moutons, dans votre entourage, vous avez des personnes qui vous portent, qui vous poussent. Mais aussi des gens qui vous tirent vers le bas. C’est de ceux-là qu’il faut se méfier. La meilleure façon de progresser est de créer un environnement direct d’ondes positives, de personnes inspirantes, et donc de ne pas donner d’importance aux gens qui vous sont néfastes, ces étoiles noires comme je les appelle.

La plus grande prison dans laquelle nous vivons est la peur de ce que pensent les autres — David Icke

Cependant, il y a des cas où ces étoiles noires sont difficiles à fuir, si par exemple il s’agit de collègue de travail que vous côtoyez tous les jours. Certes, vous avez toujours la possibilité de démissionner. Mais avant de tomber dans ce genre d’extrémisme, il vous faut connaitre quelques petites astuces afin de « gérer » ces personnes, pour ainsi ne pas vous laisser attirer par ces puits sans fond, quand ces derniers déversent leurs flots de négativité, de blâmes, de critiques…

  • Soyez ouverts et compatissants : essayez de comprendre ce qui a mené votre collègue à geindre et blâmer sans cesse. Puis, orientez-le vers ce qu’il souhaite désormais, et surtout vers un horizon plus positif. Car son problème vient du fait que sa propre personnalité est devenue le reflet d’un passé douloureux ou jalonné d’échec non assumé, et qu’il se rejoue en boucle.
  • Mettez de la distance : gardez votre énergie émotionnelle pour vos projets et pour votre focus. Vous n’êtes pas responsable de son histoire, et encore moins de son état actuel. Il en va de votre propre bien-être mental.
  • Suggérez de voir les choses sous un autre angle : aidez-le à relativiser, à prendre de la hauteur, et à adopter une position moins capricieuse. Expliquez-lui qu’il n’est pas le seul à avoir des problèmes (parlez des vôtres, par exemple), que c’est le lot de tout un chacun, et encouragez-le à se mobiliser pour que chacun y mette du sien. Vous l’incitez de la sorte à reprendre une attitude positive.
  • Ne soufflez pas sur les braises : n’injectez pas de l’essence dans la machine en rebondissant à chacune de ses diatribes négatives et dénigrantes. À la limite, laissez-le parler dans le vide. Car si vous répondez (je sais, c’est difficile parfois de se taire), cela va le conforter, et l’encourager à continuer dans son élan destructeur et nauséabond.
  • Ne lui attachez pas trop d’importance : dans le même ordre d’idée que « mettez de la distance », faites le point avec vous-même par rapport à cette personne, et à sa place dans votre hiérarchie de valeurs. N’accordez à ses propos que l’attention qu’ils méritent d’avoir. Car il y a une vraie différence entre votre conjoint, votre père, ou un simple collègue de travail que vous ne côtoyez qu’entre 8 h 30 et 16 h 30…

Lorsqu’on voit toujours les mêmes personnes, on en vient à considérer qu’elles font partie de notre vie. Et alors, puisqu’elles font partie de notre vie, elles finissent par vouloir transformer notre vie. Et si nous ne sommes pas tels qu’elles souhaiteraient nous voir, les voilà mécontentes. – Paolo Coelho « L’Alchimiste »

Mais pourquoi ce titre, puisque je viens de vous donner quelques clés pour interagir au mieux avec des personnes au tempérament négatif ? Parce que la dernière des solutions est pour moi la plus importante. Ces idées-là fonctionnent si l’autre est un tant soit peu réceptif, ce qui n’est pas la qualité première d’une étoile noire, qui n’a foi qu’en son propre jugement, et trouvera toujours toutes les bonnes raisons (avec une créativité sans limite) pour justifier et donner du sens à leur comportement, même le plus déplacé.
Ainsi, ces clés pleines de bon sens peuvent échouer. Dans ces cas-là, il vous reste la dernière, l’ultime recours face aux étoiles noires : à l’instar de Luke Skywalker dans « Star Wars – un nouvel espoir », la solution est de la faire sortir de votre vie de façon définitive (non, ce n’était pas de l’exploser d’un coup de missile à protons, bien que le résultat final soit le même…).
Oui, quand une étoile noire brille trop longtemps dans votre entourage, la seule solution pour « aller mieux » c’est de vous en séparer. Et tant pis si c’est un vieux copain, ou même un proche, ou de la famille : s’il vous amène par le fond, n’hésitez pas à vous éloigner de lui. C’est votre vie, pas la sienne. Ce sont vos rêves qu’il détruit en disant « ça ne va pas marcher ». C’est votre régime qu’il défonce en vous expliquant « qu’une bière ne va pas te tuer ». C’est votre projet qu’il malmène quand il décrit point par point que « la réussite c’est pour les autres ».
C’est abrupt comme décision, ça va piquer sévère au moment de la mettre en place, mais c’est un vrai soulagement une fois que c’est fait. Croyez-moi, avant même d’étudier les rouages du concept, j’avais déjà expérimenté la chose à plusieurs reprises, et à chaque fois ça a transformé ma vie, et en bien !

Publicités

Un commentaire sur “Fuyez les étoiles noires…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s