Chronique de lecture : Crépuscule Jedi (Michael Reaves)

Pour faire suite à l’excellent épisode 7 visionné et revisionné en fin d’année dernière (5 fois déjà), j’ai décidé de vider ma « pile à lire » de tout ce qui porte l’estampille « Star Wars ». Et ce n’est pas peu dire, tant il y en a (ensuite, je m’attaquerai à Game of Throne, mais ça, c’est une autre paire de manches). L’opus du moment se situe dans l’univers « Star Wars Légendes », à savoir ces récits écrits avant le rachat de la franchise par Disney, et qui n’entrent plus dans le canon officiel des évènements racontés par les films. Effectivement, dans cet opus apparait un maitre Jedi, Even Piel, qui dans la série animée, est déjà mort bien avant, durant la Guerre des clones.

Après la purge des Jedi organisé par l’empereur lors de la chute de la République, un Jedi survivant dénommé Jax Pavan devenu détective privé tente de mener une vie normale dans les bas-fonds de Coruscant. Néanmoins il est activement recherché par certaines personnes dont le journaliste Den Dhur et le droide Tope-là. Ces derniers l’informeront d’une mission laissée par son maître, ce qui le décidera à reprendre son activité de Jedi même s’il doit affronter Dark Vador lui-même…

Pas mal… C’est de façon simple, le verdict que je donnerai à ce texte. Oui, pas mal.
J’ai adoré le pitch du roman, un Jedi/détective qui lutte dans la noirceur de Coruscant après l’avènement de l’Empire. Un vent d’air frais sur la saga et un point de vue intéressant sur des éléments passés hors champ des films, surtout dans un lieu névralgique tel que la capitale de la galaxie.
Malheureusement, une fois posé le cadre et présenté les personnages, le souffle retombe assez rapidement. Jax Pavan manque de charisme, le droïd n’est qu’un C3PO amélioré, les personnages secondaires, hormis peut être le journaliste, sont assez brouillon. Quant à Dark Vador, on ne le voit que trop peu, et son emprise est relativement anodine alors qu’il est censé être l’épée de Damoclès qui trône au-dessus des personnages principaux. Il m’a paru aussi sans réactions lors de la scène finale, alors qu’il avait un plus grand rôle à jouer.

Une petite déception donc pour ce roman qui partait pourtant sur de très bonnes bases. Ca reste quand même un moment plaisant dans l’univers étendu du Space Opera de George Lucas, qui malheureusement, ne fait cependant plus partie de l’histoire officielle, mais de la légende d’une galaxie très très lointaine…


Crépuscule Jedi – Michael Reaves

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s