Chronique de lecture : Scorpi – les origines (Roxane Dambre)

Quand il y en a plus, il y en a encore ! Alors que dans ma chronique précédente j’affichais la terrible affliction qui me tenaillait avec la lecture de l’ultime opus de la série Scorpi de Roxane Dambre, me voici de retour avec une nouvelle présentation d’un texte sur cette série. Suis-je donc tombé sur la tête ? Que nenni, enfin pas encore, puisqu’il s’agit simplement du « hors-série » publiée par les éditions de l’épée, contenant trois petites histoires tournant autour de personnages secondaires (mais néanmoins important chacun à leur niveau) de la série.

Découvrez comment les nymphes Clématite et Myosotis ont rejoint la maison dès 1630 à cause d’une de leurs sœurs un brin volage. Riez de ce pauvre Firmin, encore apprenti majordome, suspendu par un pied à un arbre tandis que la fée la plus puissante jamais rencontrée lui passe le savon de sa vie. Enfin, pleurez avec Adam, tout jeune adolescent délaissé par son père cloitré dans son chagrin. Ces deux-là seront sauvés par leur amour pour un Elias bébé aux pouvoirs déjà très… audibles !

Ce (trop) court recueil commence de façon assez légère, avec les nymphes Clématite et Myosotis qui tentent de secourir leur sœur qui s’est embourbée dans une histoire amoureuse. Cette petite histoire devient nettement plus intéressante quand nous retrouvons les deux naïades quelque temps plus tard, avec une scène du premier Scorpi, mais de leur point de vue de télépathe. C’est rudement savoureux.
La suite est un peu plus « musclée ». Avec tout d’abord la joute verbale avec une fée au caractère aussi abrupte que sa taille est petite. La rencontre est incongrue, parfois burlesque. Puis, le dernier texte narre une triste histoire entre Adam, Elias et leur père, juste après le décès brutal de leur mère. De l’affliction, un peu de baston, des cris, et surtout quelques explications bien senties. Car je pense qu’il faut absolument avoir lu ces deux récits afin de comprendre toutes les subtilités et les enjeux de la fin du dernier opus.

Si le format d’histoires courtes peut parfois laisser le lecteur sur sa faim (de toute façon on est toujours sur notre faim quand se termine un bon récit), remercions l’auteur et son éditeur pour avoir eu la bienveillance de nous offrir ces trois petits textes qui donnent un peu plus de profondeur à certains personnages clés de l’intrigue.


Pour découvrir ces trois rafraichissant petits textes…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s