Pour faire suite à l’excellent épisode 7 visionné et revisionné en fin d’année dernière, j’ai décidé de vider ma « pile à lire » de tout ce qui porte l’estampille « Star Wars ». Et ce n’est pas peu dire, tant il y en a (ensuite, je m’attaquerai à Game of Throne, mais ça, c’est une autre paire de manches). L’opus du moment s’intitule « Riposte », et c’était un de ceux dont j’avais le plus hâte de lire tant le pitch sentait bon la pétarade.

IL Y A BIEN LONGTEMPS, DANS UNE GALAXIE LOINTAINE, TRÈS LOINTAINE….

Forte de sa victoire décisive – l’Étoile de la Mort détruite, l’empereur et Dark Vador vaincus –, la Nouvelle République se lance à la poursuite des derniers reliquats de l’Empire. Mais dans l’espace de la lointaine planète Akiva, la riposte impériale se trame. Lors d’une mission en solitaire, le pilote Wedge Antilles découvre la flotte de destroyers qui se regroupent tels des oiseaux de proie pour une mise à mort. Fait prisonnier, il n’a pas le temps d’avertir la République. Norra Wexley, une rebelle retirée du combat, intercepte le message d’alerte. Elle n’a pas le choix : elle doit reprendre la lutte pour la liberté.

Et bien au sortir de ce livre je dois le dire… Je suis déçu. C’est chose rare avec l’univers Star Wars, car même les aventures les plus légères (notamment parmi la tonne de BD que j’ai déjà lue) recèlent un semblant d’intérêt, quelque chose auquel s’accrocher et qui mets en lumière des éléments découverts dans d’autres histoires. Mais là, rien…
C’est le premier récit se déroulant à 100 % dans l’arc narratif ouvert par l’épisode 7. Les romans étaient tous soit orientés sur les canons habituels (Dark Plagueis), soit à cheval sur les différentes histoires (Étoiles perdues). Il était donc très attendu, et c’est peut-être ça aussi qui a augmenté ma déception.
Déjà, l’intrigue est creuse. D’une « riposte » impériale comme le quatrième de couverture nous le vend, nous n’avons en fait qu’une simple réunion entre trois impérialistes pas d’accord entre eux, et une trame globale ressemblant à un huis clos sur une planète inconnue, dans une ville sordide comme l’univers Star Wars nous en a déjà pondu pas mal. L’intrigue s’enroule péniblement autour d’une histoire relativement « simpliste » avec des twists trop fréquents et prévisibles.
Les personnages principaux sonnent creux, du vu et du re-vu. Wedge Antilles, n’est que trop peu présent pour véritablement apporter quelque chose. Aucun charisme nulle part ailleurs, le seul protagoniste un peu intriguant est l’ex-officier de probation de l’Empire, déserteur de son état, et dont les motivations restent aussi floues que sa propension à picoler est grande. Il n’y a pas de Jedi ni de Sith, certes, mais ce n’est certainement pas ça le problème. Star Wars ne se résume pas qu’à des gus qui font des cabrioles et tripotent des épées lasers. J’ai déjà lu (et bien aimé) plusieurs histoires durant la Guerre des Clones qui suivait des bataillons de soldats sans que l’on ne croise aucun Jedi à l’horizon. Et la bande-annonce du nouveau « Rogue One » ne fait état d’aucun utilisateur de la Force, et pourtant, ça à l’air d’être un Star Wars foutrement bien fichu.
Enfin, le style n’aide vraiment pas à la progression de l’histoire. Les personnages sont assez mal présentés, si bien que j’ai eu beaucoup de peine à maitriser qui est qui rapidement. Mais en plus, l’auteur a eu la très mauvaise idée d’insérer des interludes n’ayant aucun rapport avec l’histoire principale, ni même aucun rapport les uns avec les autres. Cela n’a fait qu’augmenter cette impression de vaste bordel narratif.

Bref, « Riposte » est de loin le Star Wars le plus moyen qu’il m’a été donné de lire. Un foutoir hétéroclite balancé à la va-vite pour surfer sur la vague marketing avec comme titre « le lien entre les épisodes 6 et 7 », et qui, à moins que certains détails m’aient échappés, n’est absolument pas indispensable pour bien comprendre l’évolution de la galaxie entre ces deux périodes clés de la saga.

Advertisements