Le temps suspend son vol au-dessus de Verlan. La foule, massée sur la place du village depuis le début de l’après-midi, vient de désenivrer d’un coup, d’un seul, suite au verdict d’Anthine, et à la sentence qui frappe Apolline, première accusée de ce tribunal exceptionnel : elle va être pendue dès le lendemain…

Une poignée d’heure auparavant, dans une venelle perdue au fin fond du village, les deux thaumaturges étaient en proie à une profonde excitation. Heickel et Jeickel venaient d’avoir la visite d’un personnage saisissant. Il n’a pas fait assavoir son nom. Il était jeune et beau, et ce n’est pas peu dire. Mais la chose la plus étonnante avec ce personnage, hormis le fait qu’il marchait en chaussette, dépareillée en plus, c’était qu’il maitrisait la magie au moins aussi bien qu’eux. Enfin, lui, c’était de la vraie sorcellerie positive, là où les jumeaux donnaient dans l’occulte et le côté obscur. Leur petite conversation ne dura qu’une poignée de minutes. Le temps de leur révéler la noirceur qui planait autour de Verlan. Et de leur expliquer comment agir…

Angus est le premier à réagir. Quasiment au pied de l’estrade, il joue des coudes, tente de se rapprocher de son amie. Malheureusement, les affidés ont tout prévu, et l’accès à la naine est bloqué. Apoline est désormais seule face au triste jugement, et à son funeste destin…

La fête battait son plein quand les jumeaux décidèrent de la marche à suivre. Avec tout ce pandémonium, nul doute que pénétrer dans la Tour serait aisé pour eux. Malheureusement, le temps de se rendre de leur échoppe au lieu du crime, armé de leur baluchon, Anthime était sorti, et un silence de mort régnait sur les environs. Le camouflage de l’agitation avait ainsi complètement disparu. Heureusement pour eux, le chef du village avait capté toute l’attention encore disponible dans le tout patelin, et même au-delà, si bien que les deux mages n’eurent aucun mal à pénétrer dans ce qui tient lieu d’hôtel de ville sans se faire remarquer de quiconque. D’un pas décidé, ils se rendirent directement à l’infirmerie.

La sentence est tombée, et chez les affidés, on donne dans la joie très mesurée. Car chacun d’entre eux a encore en tête le discours enflammé sur la « purification » que leur a tenu Anthime avant de sortir au grand jour, et sur les conséquences funestes que cela impliquait.

Une fois devant l’inspecteur Gadgeto, les deux thaumaturges n’eurent aucun mal à le tirer de sa catatonie larvaire. Rien de plus simple, puisqu’ils sont déjà eux-mêmes responsables de sa transformation en gastéropode. Un morceau d’un très vieux fromage centenaire dans chaque narine, et l’ancienne limace redevint l’inspecteur fringant prêt à dégainer son Gadgeto-poing à tous berzingues. Une lippée de liqueur pour ragaillardir le bonhomme qui sortait de plus d’un trimestre à baver sur son coussin, une poignée de minutes d’explications quant à son rôle à jouer, et sans le moindre regard en arrière, le vaillant soldat de la maréchaussée s’en va rencontrer le destin du village…

Fier du premier verdict de son tribunal exceptionnel et ravi de voir la peur tirailler l’ensemble de la plèbe, Anthine est surpris d’entendre un sifflement bizarre derrière lui. Il se retourne pour tomber nez à nez avec une étrange lueur rouge.

« Go go Gadgeto découpage au laser ! »

L’inspecteur Gadgeto fait lentement rentrer le sabre laser qu’il cache dans son pouce droit. À ses pieds, une fumée s’élève depuis le corps d’Anthime fendu en deux dans le sens de la hauteur. Pâo-Pâo s’en retourne pour pleumer son renard sur les guêtres de Germain, dont le cerveau noyé dans l’alcool n’a pas encore traité tout ce qui vient de se passer. Jacquouille quant à lui ne renâcle pas. Au bas de l’estrade, Apolline gît après avoir effectué un vol plané avec un atterrissage non maitrisé depuis le strapontin. Certains spectateurs, dont Angus, commencent déjà à s’occuper d’elle. Le reste de la foule est choqué par ce qu’ils viennent de vivre en quelques minutes. Mais surtout, c’est le poids et les conséquences de tout cela qui leur pèsent sur les épaules…

Au loin, deux ombres observent la scène depuis le pied de la Tour. S’ils semblent satisfaits, ils savent aussi qu’il reste encore beaucoup de choses à faire. Car quelqu’un qui est rompu à revenir d’entre les morts réitérera surement le processus, ramenant un autre petit bout d’enfer avec lui…

PS : Trop court ? Faudra t’y habituer, c’est le nouveau format pour 2016. Si ça te pose un problème, merci de m’en faire part sur ma page Facebook, ou en commentaire en bas de la page. Si c’est pour dire des trucs positifs, je prend quand même. Merci d’être venu, et RDV la semaine prochaine !

Advertisements