Pour les geeks sportifs

Geek assumé, fan de nouvelles technologies, mais aussi sportif, je suis à la recherche depuis un certain temps d’un outil afin de mesurer mon rythme cardiaque lors de mes séances de running, le tout sans passer par la case « ceinture thoracique », accessoire indispensable, mais qui donne une affreuse sensation de compression pendant l’effort.
Enfin, ça, c’était avant.
Avant que je découvre via Irun.fr, ma boutique en ligne préférée pour tout ce qui concerne le running, un rayon réservé aux montres et autres accessoires dits « connectés » offrant tout un paquet d’indications quant à l’activité de son porteur. L’idéal de cette quête était un produit du même genre que celui que porte Edward Norton dans « l’incroyable Hulk ». En fait, à force de chercher, j’ai clairement trouvé mieux.
static1.squarespace.com

Parce que des montres et autres bracelets « connectés », c’est un peu le produit à la mode en ce moment. Dans la longue liste des produits de ce type, il y a clairement à boire et à manger. Du bracelet simple qu’il faut relier sans cesse à l’ordi pour en extraire les infos les plus basiques (nombre de pas, kilomètre, qualité du sommeil…), ça va jusqu’à la montre hyper high-tech, équipée de GPS, de podomètre, de cardiofréquencemètre, d’une mémoire pouvant accueillir la playlist, et en cherchant bien, d’une capacité vibrante capable de faire monter la mayonnaise. Au final, après trois semaines d’errance sur des sites dits « spécialisés », mon choix s’est porté sur un produit un peu à la croisée des chemins : la Fitbit Surge.
Bon déjà, point principal, c’est une montre. Je ne voulais pas me contenter d’un simple bracelet gadget qui n’est même pas capable de donner l’heure. Ensuite, évidemment, autre point d’importance, elle est équipée de ce savant petit système de loupiotes permettant de capter la fréquence cardiaque au poignet. Ces deux critères étaient incompressibles lors de mes recherches. Autre point intéressant, elle est légère, et pas trop « mastoc » comme peuvent l’être certaines de ses concurrents direct, où tu te retrouves vite avec l’impression de te trimbaler l’horloge du salon au poignet. Ca aussi c’est un point positif pour moi, qui ne suis pas très montres ni bijoux, le fait « d’oublier » la chose à mon bras est assez sympa.
Du point de vue de l’utilisation, plusieurs critères ont fait pencher mon choix sur la Fitbit Surge. Déjà, c’est un vrai traqueur d’activité, ce qui est assez utile quand comme moi, on s’astreint à une certaine gestion calorique quotidienne. Les pas, les kilomètres, les étages montés, j’avais déjà la plupart de ses données via mon iPhone. Mais avec la montre qui ne me quitte jamais, c’est un enregistrement permanent, et du coup, rien n’est oublié. Autre point sympathique, que je n’avais pas soupçonné au début, c’est l’analyse du sommeil, avec graphique montrant les phases agitées, les phases de repos, voire les phases de réveil (genre quand la petite braille pour avoir son biberon).
Afin de centraliser toutes ces données, la Fitbit Surge est livrée avec une application que je trouve relativement bien fichue (peut être un léger manque d’ergonomie quand on plonge dans les différents graphiques cela dit). Elle reprend point par point les éléments du traqueur d’activité et des exercices (voir plus bas), mais aussi reprend une partie « gestion des calories absorbées », qui sans être aussi complète que ce que pouvait proposer FatSecret l’application que j’utilise depuis fin mai, joue parfaitement son rôle. Et grâce au traqueur d’activité, le suivi du ratio Calories brulées/calories consommées est assez intéressant, notamment pour ceux qui comme moi, sont allés fixer des objectifs à ne pas dépasser dans les paramètres de l’application.
Pour le running, l’application est assez complète : GPS pour la distance de course, le suivit de la fréquence cardiaque est assez fiable (pour avoir fait plusieurs tests durant certains runs, les données comptabilisées « à l’ancienne » étaient très proches de ce qu’affichait la montre), l’analyse peut en suite se faire à travers le traqueur d’activité, ou à part. Le seul bémol, c’est la fiabilité du GPS. J’ai fait un petit test lors d’une course avec le GPS de l’appli Nike Running, et à certains endroits (je pense à une influence néfaste de la tour Odéon…) le GPS décroche, et le kilométrage entre les deux change. Cela se voit d’ailleurs sur le tracé du pointage GPS à partir de l’application après la course. Je testerai le truc dans d’autres conditions, plus « campagnardes » fin octobre, et au mois de décembre prochain.
Le reste des activités proposées, je ne les ai pas encore testés, mais on a le choix entre la randonnée, les haltères, du vélo elliptique et même du yoga… Le seul truc qui m’intéresse là dedans, c’est pour la rando, mais je ne sais absolument pas quand sera ma prochaine escapade.

Bref, un bon petit produit très complet, et pile-poil dans les critères souhaités, et sur l’utilisation que je veux en faire.

Les petits plus :
– le réveil par « vibration » au poignet, très très utile à l’heure de partir faire mon footing à 5 h du matin, tout en évitant le tintamarre du réveil du téléphone, et surtout permettant d’éviter les grognements de Madame, perturbée dans son sommeil.
– la connexion quasi-ininterrompue avec le téléphone, permettant ainsi la geekerie ultime de pouvoir discrètement consulter ses SMS sur la montre, sans avoir à se faire démasquer en pleine réunion.
– enfin, si chaque séance de sport avec GPS pompe beaucoup de batteries, le temps de chargement de l’engin est relativement rapide, ce qui permet de ne pas trop s’en passer. Généralement, je le charge quand je suis devant mon ordi, histoire que le traqueur d’activité ne perde pas grand-chose en terme de données.

Enfin le prix, 250 € sur la FNAC.com. Nettement plus cher qu’un bracelet, mais en dessous de ce que proposer la concurrence en matière de montre GPS (type Garmin), sachant que pas toutes ont le cardiofréquencemètre.

Publicités

5 commentaires sur “Pour les geeks sportifs

  1. Pour ma part, je suis heureux utilisateur d’un Fitbit Charge HR. À peu près les mêmes fonctions, rythme cardiaque et surveillance du sommeil inclus, mais sans GPS. Vraiment très satisfait !

    J'aime

    1. Comme je l’ai dit, le GPS ne me semble pas fiable à 100%, enfin pas en milieu urbain en tout cas. Du coup, c’est peut être pas une grosse perte 😉
      Ma femme va surement se laisser tenter par un bracelet d’activité FitBit aussi… Ca peut être utile vu qu’elle bouge beaucoup à son boulot.

      J'aime

      1. Fonctionnaire sédentaire, je pense comme toi, ça m’aide à mesurer mon activité pour « faire plus ». Pour Madame, c’est au départ de la curiosité pour voir combien elle fait.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s