Avent Noël : 6 décembre

20131206-071105.jpg

Le lien du jour[Espaces Comprises]

Le tweet du jour :

L’extrait du jour :

« Ah ! Le voici enfin, mon air préféré ! » s’exclame le militaire, encore une fois à voix haute.
Cette musique a motivé son choix de l’équipe qui aurait l’honneur de mettre en route sa nouvelle idée éducative pour la cité. Il pensait d’abord frapper plus tard, au moment du passage de l’équipe anglaise au cours de la mi-juillet. Probablement par purs préjugés raciaux, car il n’aime pas les Anglais, sans trop savoir vraiment ce qui motivait réellement cette assertion assez vivace pour les représentants de la perfide Albion. Mais ce soir, nul hymne ne saurait accompagner au mieux son oeuvre que cette superbe partition de Tchaïkovsky.
Les pétards pétillent dans le ciel, alignant des fleurs et des arabesques aux nuances de rouges, de bleus, de jaune et de vert. Des gerbes d’étincelles sont envoyées depuis la digue. Puis au bout de quelques minutes, le calme revient, le temps de laisser la musique prendre le dessus. Quelques applaudissements se font entendre au loin, en provenance de la foule.
Un défilé de cuivre retentit ensuite dans le ciel du port de Rajon town, tel un compte à rebours funèbre. Il sent son coeur s’accélérer, tandis que le rythme des cuivres descend progressivement.
Il lève ses mains, tel un chef d’orchestre alors que les violons entrent dans la danse. La musique ralentit. Les bras toujours en croix, il fixe intensément le ciel, dans une sorte de défi à Dieu. Rares sont les étoiles à pouvoir percer à travers les nuages de fumée qui se sont formés suite aux explosions de pétards. Le moment fatidique approchant, il se redresse pour regarder la grande digue, de l’autre côté du port. Puis son attention se braque sur tous ces gens, au loin, qui attendent la suite du spectacle.
En accord avec la musique qu’il connait par coeur, il se met à crier :
« Et voici le crescendo ! »
La musique s’accélère tout à coup. Aux cuivres s’ajoutent des cymbales, et des percussions. Les pétards reprennent de plus belle et éclairent la cabine où il se trouve. Il se met à danser, une danse funèbre pleine d’excitation.

La fille du mousquetaire (roman en cours de recherche de bêta-lecteurs)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s