les-necrophiles-anonymes,-tome-1---quadruple-assassinat-dans-la-rue-de-la-morgue-2146362

Après quelques bons moments passés en compagnie d’humains pouvant se transformer en animaux, j’ai changé d’horizon en me jetant dans une histoire de… vampires. Moi et les vampires, c’est compliqué. Si je conchie ouvertement la saga Twilight, qui a fait au mythe du vampire autant de bien que les anges de la télé-réalité sur le cerveau des jeunes ados boutonneux, je ne reste pas moins un fan de cet univers aux dents longues.
Mes premières lectures baignaient dans les histoires bibliothèques roses du « Petit Vampire ». Puis j’ai affronté Bram Stocker, avant de voir le magnifique « Dracula » de Coppola, de me faire l’intégrale de Buffy contre les vampires, du spin off Angel, d’une flopée de films de genre tels qu’« Entretient avec un vampire », la série des « Underworld », la série des « Blade », le nerveux « Van Helsing », le généralissime « Une nuit en enfer ». Et si on pousse le bouchon un peu plus loin, un de mes premiers jeux vidéo n’était autre que le « Castlevania » original, sur la NES non moins originelle. Bref, les morts-vivants aux dents longues, j’en connais un petit rayon.
C’est donc avec intérêt que je me suis lancé dans la lecture de « Quadruple assassinat dans la rue de la morgue », dont le titre me fait autant penser à un célèbre texte d’Edgar Allan Poe, qu’à une chanson du groupe « Iron Maiden ».

Népomucène, préposé à la Morgue, mène une vie tranquille et nocturne en compagnie de Bob, vampire d’environ 150 ans d’âge. Lorsqu’il manque devenir la cinquième victime d’un mystérieux assassin, son ami de longue date mène l’enquête. L’immortel est certain qu’une autre créature surnaturelle a commis le massacre

Par souci de simplification, je vais découper mon analyse tout comme se découpe le texte : la première moitié de l’œuvre, et le reste…
Et pour commencer avec les choses qui fâchent, parlons… de la première moitié du récit. Comme toute bonne série (cet opus en appelle d’autres forcément), le premier volet engage l’auteur dans une mise en place des personnages, des lieux, du décor, et de tout ce qui va faire la saveur des histoires qu’il va nous narrer. Mais là, bon dieu, que c’est long… Plus d’une fois j’ai failli décrocher et mettre cet ebook dans la case perte et profits, à côté de ces textes révolutiono-philosophico-abrutissant que certains nouveaux éditeurs numériques ont voulu me faire passer cela pour des textes révolutionnaires, alors qu’il ne s’agissait en fait que de sombres merdes.
Mais je me suis accroché, me disant que forcément, l’histoire d’un vampire qui s’appelle Bob ne peut que décoller à un moment ou à un autre… Et j’ai bien fait…

Car ensuite l’action va décoller. Le navire se met à voguer à un rythme bien plus soutenu, et les tribulations du vampire Bob deviennent des plus intéressantes. Évidemment, on ne peut se résoudre à outrepasser le cliché de la chasse au loup-garou, mais quand bien même, la traque, les techniques, et même la fin en elle-même de la bête poilue sortent un peu des sentiers battus, et une fois la dernière page tournée, on se dit que valait quand même le coup de s’accrocher au début.
Et c’est là le côté très intéressant de ce quadruple meurtre. Au-delà de l’histoire de vampire qui met un temps fou à se lancer, il y a tout un paquet de choses, une foultitude de détails et de trouvailles qui rendent la chose des plus originales. Mon petit préféré : le perroquet vampire, et ses hautes origines littéraires.

Il semble ainsi évident et normal de retrouver dans chaque histoire de vampire des références et des poncifs déjà vus et relus, tant ce thème est un de ceux qui ont été le plus traité tant en littérature qu’au cinéma. Pourtant, ce quadruple assassinat fait preuve d’une vraie originalité, tant au niveau des personnages (la relation Bob /Népomucène est « unique ») qu’au niveau de l’action, qui recèle un bon nombre de détails fort sympathiques disséminés tout au long de l’œuvre. Ce quadruple homicide n’étant que le premier volet des chroniques des nécrophiles anonymes, on attend donc la suite avec intérêt…

Advertisements