La BO du Mois : Cars 2 (avec @salles_obscures )

cars-2-cdMa fille étant en plein trip « McQueen » depuis plusieurs mois, c’est donc tout naturellement qu’en plus des voitures et des Duplo à l’effigie de ses personnages favoris, nous avons aussi droit à un visionnage intensif des deux films, ainsi que les petits épisodes de la série consacrés à la remorqueuse Martin. Et c’est donc assez logique que du coup, je me penche sur la BO du dernier film en date : Cars 2.

La BO se compose de 26 pistes, 5 chansons et 21 thèmes composés par le toujours très efficace Michael Giacchino (Star Trek, Les indestructibles, Mission impossible 3 et 4, la série Lost). L’équilibre est donc différent que pour la BO du premier opus, avec 20 pistes, dont 9 chansons. Les deux films étant très différents en terme d’histoire et de rythme, ce changement sur la BO n’est en aucun cas dérangeant. Bien au contraire.
Parmi les chansons, on retrouve le thème générique « You might think » punchy et sympathique, dans la même veine que celui du premier opus. Dans le même style de sonorités « Collition of worlds » se pose là où il faut, avec les vocalises de Robbie Williams en guest star. « Nobody’s fool » apporte un coté smooth et vintage qui se rapproche des chansons du premier opus, notamment les thèmes autour de Radiator Springs, et de McQueen et Sally.
Par contre, il y a à mon gout deux gros foirage, « Mon coeur fait vroum » de Benabar est une bouse innommable, extrêmement cheap, avec un coté vintage pas forcément assumé, elle était mettre en valeur le début de la scène avec McMissile et Martin en France, elle ne fait qu’étaler de vieux clichés pourraves sur la patrie des froggys dont on se serait bien passé.
Même son de cloche pour « polyrhythm », cette chanson est là aussi inécoutable, mais pas pour ce qu’elle dégage, mais pour ce qu’elle est : un air nippon là encore inspiré par la présence de Flash McQueen à Tokyo, musique probablement hype chez les bridés, mais particulièrement agressive pour les conduits auditifs tels que les miens.

Le thème principal, accès autour de la partie « espionnage » du film, est un pur bonheur. Basé sur le même type de sonorité que le thème de James Bond, il est utilisé un peu à toutes les sauces, rythmé et punchy pour les scènes d’action, plus lent et plus tendu pour les scènes dites d’espionnage. Du pur Giacchino en somme, avec un thème construit de façon classique, mais aussi très moderne. Le compositeur est un coutumier du fait, il avait déjà fait cela avec bonheur sur la compo des Indestructibles, et de façon un peu plus discrète sur les franchises Mission Impossible et Star Trek.
On retrouve ce thème « James Bondien » dans la plupart des pistes tournant autour de l’arc narratif de Martin, avec notamment le très sympathique « it’s Finn McMissile ». Il est décliné dans une version plus « explosive » dans « blunder and lightning », « tarmac the magnificent » et « the turbomatter », de façon très country dans « Radiator Spring Gran Prix », plus soft et mystérieux au début de « towkyo takeout »
Les références à James Bond ne s’arrêtent pas là. Les thèmes relatifs aux « méchants » sont de la même veine de ceux que l’on pouvait entendre à l’époque de Sean Connery, avec une abondance de cuivres, par exemple dans « Cranking up the heat », « Going to the backup plan », « Matter the bomb » ou encore « History biggest loser cars ».
Enfin à côté de cela, Giacchino a posé quelques thèmes autour de la super course mondiale, l’arc narratif relatif à Flash McQueen, avec notamment la piste « Porto Corsa », « Radiator Réunion » ou enfin « Mater the waiter ». Ces thèmes sont plus légers, plus funs, plus ancrés sur les personnages comme McQueen ou Martin (et la course mondiale pour « Porto Corsa »).

Ce Car 2, nouvelle petite merveille de chez Pixar, s’est imposé comme une des rares suite à être au moins au même niveau que l’opus original, qui pourtant est un film de très bon niveau. Cela au prix d’un virage narratif à 180° (justifié aussi quelque part par une volonté de créer une franchise commerciale qui roule, ce qui fut brillamment fait). Ce côté « radical réussi » se retrouve aussi clairement dans la musique, qui n’a pas grand-chose à voir avec sa prédécesseure.
Out le sympathique country rétro, on passe aux sonorités propres aux films d’actions et d’espionnage, sans oublier ce coté fun caractéristique de la franchise. Encore une BO très réussie de la part de Michael Giacchino, qui sans vraiment faire de bruit, s’impose de plus en plus comme une référence, qui dis-je, une sommité.

La Bo du mois d’Aout : Star Wars Trilogy
La Bo du mois de Septembre : Dark Knight rises
La Bo du mois d’Octobre : Tron Legacy
La Bo du mois de Novembre : Squids Wild West
La Bo du mois de Décembre : The Hobbit, An unexpected journey
La Bo du mois de Janvier : Sherlock Holmes – Game of shadows
La Bo du mois de Février : Drive
La Bo du mois de Mars : Alice au pays des merveilles
La Bo du mois d’Avril : Le roi lion
La Bo du mois de Mai : Iron Man 3

Et n’oubliez pas, pour retrouver toute l’actu du cinéma, et plus encore, c’est sur SallesObscures

Publicités

3 commentaires sur “La BO du Mois : Cars 2 (avec @salles_obscures )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s