L’agence tous risques

Quand j’ai apprit qu’ils allaient faire une adaptation ciné de l’Agence tous risques, j’ai eu peur.
Car l’agence tous risque, c’est avec dragon ball, les maitres de l’univers et Mac Gyver, une des références de ma chère et tendre enfance. Et jurisprudence Dragon Ball oblige, j’avais rudement peur du même genre de massacre, peur qu’une de mes séries fétiches soit massacrée sous l’hôtel du sacro-saint dollar.

Heureusement, il n’en n’est rien avec cette adaptation la.
Certes, modernité oblige, les scènes d’actions sont plus poussées, voire même un peu trop, comme la scène du tank, beaucoup trop too much. Et bon, le changement d’acteurs, notamment concernant Barracuda, provoque quand même un certain pincement, une certaine nostalgie.
Mais la modernité n’a pas que des points noirs. Comme pour la modernisation d’Iron Man., fini le Vietnam, c’est en Iraq que les 4 protagonistes vont se faire piéger. On a là l’explication de leur mise en prison, et du pourquoi ils se sont évadés, chose que ne propose pas forcement la série.
Mais la réussite de cette adaptation cinéma, c’est d’avoir transposé sur grand écran l’esprit de la série. Les personnages sont la, Looping, Futé, Hannibal, Barracuda, le puriste, même si les visages ont changé, ne sera pas totalement perdu, car chacun tiens son rôle, le même que celui de la série. L’ambiance est là, Looping est génialement toquée, Hannibal a son fameux cigare et ses plans « sans accrocs » et barracuda a la phobie des transports aériens. D’ailleurs le fait déclencheur de cette phobie est expliqué au début du film. La réalisation pêchue met en avant toute cette ambiance, un petit coté second degré fun, notamment avec les disputes entre Barracuda et Looping.
Enfin, les nostalgiques se retrouveront forcement dans la musique du film. Alan Silvestri, compositeur qui compte a son palmarès des films comme La Momie, Van Helsing, Forest Gump ou plus récemment GI Joe, s’est amusé à parsemer sa composition du thème principal du générique de la série, reconnaissable entre tous. Grand bien lui en a prit, cela contribue grandement à l’ambiance sympathique du film. D’autant plus que le reste de sa partition est d’un classicisme affligeant, et toute personne habituée aux compositions de Silvestri trouvera se très nombreuses sonorités extrêmement proche, d’énormes ressemblances entre certaines parties de GI Joe, Van Helsing ou l’agence tous risques. A croire que Silvestri doit se démerder avec un petit panel de sonorités, qu’il compile à l’infini.

L’Agence tous risques est donc avant tout un film d’action efficace et fun avec des scènes spectaculaires et une histoire bien ficelée. L’adaptation de la série est assez réussit, car même s’il y a quelques écueils, certains étant assez inévitables, l’ambiance de la série originale est respectée. Mais bon, dommage qu’ils démolissent le van au début du film…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s