Hulk, ou l’incroyable bouse verte

En rangeant ma collec de DVD, j’ai mis de coté une série de films que je ne regarde plus, pour des raisons X ou Y, des films qui ne m’ont pas plus, qui ne m’attirent pas, ou simplement que j’ai en double (PS : ces DVD seront en vente sur Ebay dans pas longtemps). Dans le lot, j’ai retrouvé « Hulk », la version moderne selon Ang Lee. Le premier visionnage ne m’ayant pas laissé un souvenir impérissable, et ayant très fortement apprécié le second opus avec Edward Norton, j’ai laissé une chance à Eric Bana et sa créature verte, avant de faire tomber mon jugement implacable.

Et après un second visionnage, le verdict est sans appel : ce film est incroyablement mauvais !
Ang Lee n’est pourtant pas le premier venu. Réalisateur du très très bon Tigre et Dragons, il s’est complètement planté avec cette adaptation qui repousse très loin les limites de l’inconcevable.
Plus je cherche, et moins je trouve d’élément positif pouvant sauver un tantinet ce film, tant les ratés sont légions.
Déjà l’histoire en elle-même se mord la queue. Les origines de Bruce Banner et de la créature différente de l’œuvre originale. Rien de rédhibitoire, si ce n’est que l’arrivée d’un père fou à lier, d’antécédents génétiques et le reste, on se retrouve avec une histoire mal ficelée, qui se termine dans une apothéose incompréhensible.
Ce scénar un peu bancal n’est pas non plus aidé par des prestations d’acteurs qui semblaient à cotés de leurs pompes. Eric Bana, énorme de charisme dans « Troy », est ici aussi expressif qu’une aubergine. Idem pour Jennifer Connely, que j’ai beaucoup aimé dans « un homme d’exception », et qui là, rend une copie d’une fadeur déconcertante. Enfin, arrêtons là le massacre, Nick Nolte, qui n’a pas la tache facile de jouer le père dégénéré d’Eric Bana, de par son jeu, ne fait qu’empirer le sentiment d’origine que l’on a face à ce personnage, fou à lier, débile, presque inutile, inintéressant …
Autre mauvaise surprise, la musique. La partition de Danny Elfman fait partie de ses plus mauvaises, les thèmes sont mal choisit, peu souvent en raccord avec les évènements. Fan du compositeur, j’ai été particulièrement dérouté par ses choix, notamment lors des scènes où Hulk se prend pour skipy le kangourou et avance en plein désert en faisant des bonds. Un thème avec des effets quasiment orientaux, c’est certes décalé, mais là, beaucoup trop !
Enfin, la réalisation n’est pas à la hauteur. C’est plat, c’est mou, ça bouge pas. Il y a bien un effet « BD » avec l’utilisation de vignettes en simultanée, l’idée est originale et très bien trouvée. Mais malheurement, c’est tellement peu utilisé qu’on peut même en faire le reproche au réalisateur, de ne pas avoir utilisé ce procédé plus souvent.

Un sous produit mal pensé, mal conçu, mal joué, mais réalisé… Voilà ce qu’est ce Hulk façon Ang Lee. La matière est pourtant excellente à travailler, le personnage torturé est un régal pour tous scénarios, on peut d’ailleurs le voir sur l’opus suivant de Louis Leterrier. Mais là, je ne sais pas trop ce qu’Ang Lee à voulu faire, mais en tout cas, c’est raté !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s